Vous êtes partisan du vélo en ville et surtout du « moins de voitures sur nos routes » ?

Le vélo en libre-service (VLS) nous permet de renforcer nos préoccupations face aux enjeux environnementaux. Ce système restant le meilleur moyen de profiter des nombreux bienfaits du vélo, lorsque vous n’en possédez pas.

Comme nous le rappelle récemment,  le média d’investigation « Brut » :

« D’ici 2027, si rien de plus n’est mis en place dès maintenant… 200 000 personnes vont mourir à cause de la pollution de l’air liée aux particules fines ». Le VLS a son rôle à jouer face à ce constat. De fait, il s’intègre pleinement dans la mobilité urbaine et c’est pourquoi chez Abordage, nous sommes convaincus que les VLS continuent d’harmoniser les déplacements à vélo dans nos villes, toujours dans le but de réduire notre utilisation de véhicules motorisés et notre impact sur la planète.

Bien sûr, c’est aussi un moyen de prendre soin de sa santé ! La pratique du vélo pour vos petits déplacements réguliers est une excellente manière de renforcer vos muscles afin de vous sentir plus en forme.

Dans cet article, on verra quels sont les avantages et les inconvénients du VLS, puis on vous expliquera comment utiliser un vélo en libre-service.

Le vélo en libre-service, qu’ est-ce que c’est ?

Parfait pour se déplacer à deux-roues en milieu urbain, le dispositif de vélo en libre-service ou encore de vélopartage encourage  la pratique du vélo et améliore nettement la qualité de vie des citadins.

Ce service consiste à mettre à disposition des vélos à emprunter librement, en échange d’un faible coût. C’est à Amsterdam en 1965, que les premiers vélos en libre -service faisaient leur apparition.

Depuis, dans toutes les grandes villes, des VLS sont à votre disposition. Pour se faire une idée, en 20 ans en France, c’est environ 35 agglomérations qui ont mis en place un système de VLS sur leur territoire, ce qui représente environ 50 000 vélos.

Les avantages du vélo en libre-service

Il vous permet :

- d’économiser de l’argent : n’achetez pas de vélo et réduisez vos frais de carburant ;

- de faire une activité physique et en même temps de se préoccuper de sa santé ;

- plus de liberté, n’attendez plus le bus, … ;

- d’éviter le stress des embouteillages et les incivilités ;

- de découvrir des paysages qui ne sont pas desservis par les transports publics ;

- d’écarter les soucis de stockage et de stationnement.

Il permet à la ville : 

- d’augmenter l’usage du vélo et de diminuer l’usage de véhicules polluants ;

- de proposer une offre complémentaire aux transports en commun ;

- d’améliorer l’attractivité de l’agglomération ;

- de dépeupler les lignes trop bondées en harmonisant les transports en commun ;

- d’améliorer la visibilité du vélo dans l’espace public.

Comme vous l’avez compris, les avantages du vélo en libre-service sont très nombreux, tout comme les avantages du vélotaf.

Les villes se sont de plus en plus mobilisées pour favoriser le développement du vélo (politiques vertes, mobilités douces, aménagements dédiés aux cyclistes avec plus de pistes cyclables, plus de parcs à vélos, …).

Que ce soit pour visiter les grandes villes d’Europe ou de France, effectuer vos trajets à vélo en libre-service s’avère être l’une des manières les plus agréables de découvrir la ville.

Le VLS écarte différents freins à la pratique du vélo, car vous n’avez plus besoin de vous poser la question du stockage et du stationnement, puisque la bicyclette en libre-service reste dans l’espace public, en borne de station ou directement sur nos trottoirs.

Les inconvénients du vélo en libre-service

- Le poids du vélo : pour un confort optimisé( plus de maniabilité et de légèreté), il est préférable d’acheter un vélo personnel(un vélo de ville, un VTT ou encore un VAE), plutôt que d’utiliser un VLS.

- Station vide : il peut arriver qu’une station de VLS se retrouve vidée de ses vélos. Dans ce cas, vous n’aurez pas le choix de vous rendre à la prochaine station, mais on vous rassure, cela reste occasionnel. De plus, vous pourrez consulter en temps réel, s’il reste des places disponibles dans la station la plus proche, grâce aux applications dédiées pour smartphone.

- Tarifs et abonnements qui varient d’une ville à une autre.

- Compréhension du service pas toujours simple.

Les équipements du vélo en libre-service

Afin d’assurer votre sécurité, les vélos en libre-service sont équipés pour circuler par tous les temps. Si l’on prend le cas des V’Lille, ils sont équipés d'une sonnette vélo, d’un antivol, d’un système de catadioptres, de lampes et éclairages, de pneus anti-crevaison ainsi qu’une selle confortable et réglable. Au fil des années, les vélos ont su évoluer, les V’Lille sont devenus plus légers et plus fonctionnels.

Pour les vélos à assistance électrique, en libre-service :

Une assistance au pédalage vient alors compléter les équipements du vélo classique. Ces vélos sont également équipés d’un écran qui permet d’afficher l’autonomie restante. En général, ces vélos ont une autonomie de 30 km, assurez-vous qu’il reste assez d’autonomie pour vous rendre à votre destination. Ces indications seront également disponibles depuis l’application du dispositif en question.

On vous conseille d’utiliser un vélo à assistance électrique, dans le cas où vous tester de nouveaux itinéraires avec des chemins plus exigeants ou inconnus. Cela peut vous  permettre de faire une estimation précise de la difficulté du parcours. Et pour ceux qui souhaitent tout simplement minimiser leur effort avant d’arriver au travail ou autre, le VLS électrique est parfait.

Comment utiliser un vélo en libre-service ?

Comment louer un vélo en libre-service ?

Les services de VLS sont accessibles 7 jours/7 et 24h/24. La première étape pour louer un VLS consiste à prendre connaissance des formules de découverte et des abonnements proposés par le dispositif de la ville. Pour gagner du temps à la borne, il est préférable d'effectuer l’achat en ligne, un code vous sera alors communiqué pour récupérer le vélo dès votre arrivée à la borne de station.

Vous pouvez par exemple choisir une formule sans abonnement, avec un paiement dès la première minute. Il s’agit de la formule V-Libre, mise en place par le dispositif Vélib à Paris. Celui-ci vous donne accès aux vélos musculaires et aux vélos électriques. Une fois identifié, il vous suffira de choisir votre vélo en indiquant le numéro de ce dernier.

Avant d'en choisir un, pensez bien à vérifier son état général.

Ensuite, il ne vous restera plus qu’à appuyer sur le bouton de déblocage situé à côté du vélo, pour le retirer.

Comment restituer un vélo en libre-service ?

Lorsque vous restituez votre vélo en station, introduisez-le vélo dans la glissière, puis attendez que le voyant devienne vert. La plupart du temps, un signal sonore vous indique que le vélo a bel et bien été restitué.

En tant que dernier usager, il est de votre responsabilité de veiller à bien le verouiller avant de quitter la borne de stationnement.

En cas de problème pour emprunter ou déposer un vélo, contactez directement les services et numéros indiqués.

Certaines différences existent entre les dispositifs de VLS, c’est pourquoi il est important de se renseigner au préalable. Chaque système a des conseillers qui sauront là pour vous aider à trouver la formule qui répond le mieux à vos attentes.

Quel coût pour le vélo en libre-service ? Tarifs et abonnements

Une diversité de formules d’abonnements peuvent s'offrir à vous : abonnement annuel, ticket à la semaine, ticket journalier, …

Que vous soyez de passage ou vélotafeur, il existe des tarifs adaptés pour chaque cycliste. Des réductions peuvent aussi s’appliquer à certains types de publics.

Généralement, les 30 premières minutes sont gratuites, peu importe la formule que vous aurez choisie. Pour vous aider à vous faire une idée globale, on vous présente les tarifs de Yélo, basé à la Rochelle, et Vélib, présent à Paris.

Si l’on commence avec l’exemple des Vélib, la location d’un vélo vous coûtera 1 euro/ 30 minutes, pour un vélib classique et 3 euros/ 45 minutes pour un vélib électrique. Les formules qui peuvent intéresser les utilisateurs occasionnels sont les pass temporaires.

Ces formules permettent de réserver un ticket pour un trajet, pour 24h ou encore quelques jours. Sur votre carte Navigo, vous pouvez cumuler vos abonnements Vélib’, Cristolib’ et VélO2.

Concernant le dispositif Yélo, les 30 premières minutes ne sont pas toujours gratuites. 

Exemple avec Yélo :

Pour une location occasionnelle : 50centimes pour les 30 premières minutes et 1,80 euros par demi-heure supplémentaires.

Pour un abonnement annuel : les frais d’accès à l’année sont de 25 euros. Ensuite, vous serez facturé selon votre temps d’utilisation, et à chaque fois, les 30 premières minutes sont gratuites.

On vous conseille donc de vous rendre sur les sites internet dédiés, afin de comparer l’étendue des offres.

On a d’ailleurs constaté que ce n’est pas forcément beaucoup plus cher d’utiliser un VLS à assistance électrique, plutôt qu’un VLS classique.

En effet, si l’on prend l’exemple de Yélo pour une utilisation occasionnelle, la demi-heure supplémentaire vous coûtera 1,80 euros pour un VLS électrique, et 1 euro pour un VLS classique.

Et dans le cas d’un abonnement annuel, les 30 premières minutes sont toujours gratuites pour un VLS classique alors que vous serez débités d’1,30 euro si vous avez souscris à un abonnement annuel pour un VLS électrique.

Les dispositifs de VLS se servent de l’empreinte de votre carte bancaire, comme caution. Lors de votre souscription à la location, environ 150, 200 euros seront alors affichés sur l’écran, mais en réalité cela ne veut pas dire que vous allez être débités de ce montant, car uniquement votre consommation qui sera prélevée de votre compte.

Même si en fonction de votre banque, vous pouvez tout de même être momentanément débité, il s’agit d’un dépôt de garantie permettant de vérifier que vous disposez des fonds nécessaires en cas d’incident. Pour résumer, même si cette caution vous sera demandée, elle ne sera pas encaissée, à moins que vous restituez le vélo en retard, que vous dégradez le vélo ou tout simplement que vous ne restituez pas le vélo.

Pourquoi utiliser un vélo en libre-service électrique ?

Vous souhaitez utiliser un vélo en libre-service, mais vous trouvez celui-ci trop lourd et pas assez maniable ? Le VLS électrique peut vous permettre de vous réconcilier avec la conduite du VLS.

Pour vérifier si des vélos en libre-service électrique sont à proximité de l’endroit où vous vous trouvez, il vous suffit de vous connecter sur l’application mobile du dispositif, pour trouver un vélo électrique à tout moment. Il vous suffira d’entrer votre destination, pour trouver le vélo le plus proche de votre position. Une fois arrivée en station, réservez votre vélo à l’aide du QR code au niveau du guidon.

Pour le libérer de la station, on exige souvent de freiner une ou deux fois sur le frein gauche. Pour profiter d’un guidage GPS, la plupart de ces vélos sont équipés d’un système d’accroche pour smartphone. Et si vous voulez faire une pause, vous pourrez sécuriser votre vélo depuis l’application pour ainsi bloquer le vélo.

Le vélo en libre-service sans borne, directement sur les trottoirs de la ville

Un nouveau service de vélo est venu compléter l’offre des vélos publics. Il s’agit des bicyclettes en free-floating. Ces vélos n’utilisent pas de station, il suffit d’utiliser son smartphone pour déverrouiller son accès. De plus, il est possible de le laisser directement sur le trottoir.

Ces vélos fonctionnent selon le même principe que les trottinettes électriques en libre-service. Vérifiez tout de même à ne pas gêner le passage des piétons, lorsque vous déposerez le vélo en ville. On a comparé pour vous les prix entre un vélo en libre-service sans borne et ceux qui nécessitent une borne.

Outre le fait de ne pas avoir à déposer le vélo en station, le principal avantage concerne le prix de la location.

Louer un VLS sans borne comme le propose la marque Indigo Weel, vous coûtera moins cher que pour un VLS en station. Comptez environ 50 centimes la demi-heure.

À savoir :

- Pour utiliser un vélo en libre-service, il faut avoir au minimum 14 ou 16 ans. Même si l'abonnement est gratuit pour les jeunes, le dépôt de garantie de 150 ou 200 euros, ainsi que le chargement d'un crédit temps d'environ 5 euros reste obligatoire. 

- Cela peut varier en fonction du dispositif, mais généralement il est interdit de conserver un vélo plus de 24 heures.

- La plupart des dispositifs interdissent de sortir de l’agglomération avec leurs vélos en libre-service.

- Paris = Vélib'     /     Lyon = Vélo'v     /     Lille = V'Lille     /     Marseille = Le vélo( tout simplement)     /     Strasbourg = Vélhop  ...

Pour conclure, le VLS est un vecteur qui donne davantage de place au vélo. La réflexion qui est aujourd’hui faite par les politiques concerne le fait d’installer les VLS en dehors des centres-villes.

Chez Abordage aussi, on voudrait que le VLS ne soit pas uniquement réservé aux centres-villes. Une étude britannique nous informe que 55% des utilisateurs de vélos partagés déclarent s’être remis en selle grâce aux dispositifs de VLS. Si l’on part du constat que les infrastructures dans des zones moins peuplées, peuvent être plus légères et moins coûteuses, le dispositif de VLS pourrait alors se développer sur tous les territoires.

Vous souhaitez utiliser un vélo en libre-service, mais vous ignorez quel itinéraire choisir pour aller au travail ou pour faire une balade. Découvrez les nombreux outils qui vous permettront de planifier votre itinéraire idéal en lisant notre dernier article :

« Comment préparer son itinéraire à vélo ? »

Commentaires (0)

Nous utilisons des cookies pour faciliter votre navigation. En surfant sur ce site, vous acceptez que nous les utilisions.

Produit ajouté aux favoris !